dialogue 2

extrait du Petit Nicolas de Gosciny et Sempé p. 29

Et, tout d'un coup, il y en a un qui a crié : "C'est le Bouillon !" La porte s'est ouverte et le Bouillon est entré, tout rouge. "Qui a dit ça ? " il a demandé. "C'est Nicolas ! " a dit Agnan. "C'est pas vrai, sale menteur !" et c'était vrai que c'était pas vrai, celui qui avait dit ça, c'était Rufus. "C'est toi ! C'est toi ! C'est toi !" a crié Agnan et il s'est mis à pleurer. "Tu seras en retenue !" m'a dit le Bouillon. Alors je me suis mis à pleurer, j'ai dit que ce n'était pas juste et que je quitterais l'école et qu'on me regretterait bien. "C'est pas lui, m'sieu, c'est Agnan qui a dit le Bouillon ! " a crié Rufus. "Ce n'est pas moi qui ait dit le Bouillon ! " a crié Agnan. "Tu as dit le Bouillon, je t'ai entendu dire le Bouillon, parfaitement, le Bouillon ! - Bon, ça va comme ça , a dit le Bouillon, vous serez tous en retenue !" "Pourquoi moi ? a demandé Alceste. Je n'ai pas dit le Bouillon, moi !" "Je ne veux plus entendre ce sobriquet ridicule, vous avez compris ? " a crié le Bouillon, qui avait l'air drôlement énervé. "Je ne viendrais pas en retenue !" a crié Agnan et il s'est roulé par terre en pleurant et il avait des hoquets et il est devenu tout rouge et puis tout bleu. En classe, à peu près tout le monde criait ou pleurait, j'ai cru que le Bouillon allait s'y mettre aussi, quand le directeur est entré. "Que se passe-t-il , le Bouil... Monsieur Dubon ?" il a demandé, le directeur. "Je ne sais plus, monsieur le Directeur, a répondu le Bouillon, il y en a un qui se roule par terre, un autre qui saigne du nez quand j'ouvre la porte, le reste qui hurle, je n'ai jamais vu ça ! Jamais." et le Bouillon se passait la main dans les cheveux et sa moustache bougeait dans tous les sens.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site