Aube

Un invisible oiseau dans l’air pur a chanté.
Le ciel d’aube est d’un bleu suave et velouté.

C’est le premier oiseau qui s’éveille et qui chante.
Ecoute ! Les jardins sont frémissants d’attente.

Ecoute ! Un autre nid s’éveille, un autre nid,
Et c’est un pépiement éperdu qui jaillit.

Qui chante le premier ? Nul ne le sait. C’est l’aurore.
Comme un abricot mûr le ciel pâli se dore.

Qui chante le premier ? Qu’importe ? On a chanté.
Et c’est un beau matin de l’immortel été.

Cécile Périn (1877 - 1959)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×