La souris, le saucisson et ...

La souris, le saucisson et le chat

Une fermière gentille
Qui s’appelait Margoton,
Découpait un saucisson
Pour le manger en famille.
Elle posa le plat sur la table et s’en fut
Sans méfiance.
Une souris à l’affût
S’approche de la faïence,
Escalade le bord
Et mord
Les savoureuses rondelles.
Or,
Sa gourmandise fut telle
Que depuis son fourneau, Margoton l’entendit
Et dit :
- Que vois-je ? Une souris dévaste mon domaine
et dévore mon saucisson !
Je vais la régaler sans que cela ne traîne
Mais d’une toute autre façon !
Là-dessus, Margot, Margoton
Appelle son chat et lui mande
De s’emparer de la gourmande
Et de bien surveiller si mesdames ses sœurs
Ne viennent à leur tour s’offrir quelque douceur
Près de l’assiette de la charcutière.
Le matou, sans plus de manières,
Croque la souricette et veille aux environs.
Allongé sur un napperon,
Il entrouvre son œil, il reste en sentinelle,
Prêt à bondir sur toutes celles
Qui tâteraient à ce festin.
Margoton se rassure et va cueillir du thym
Dans le soleil de ce matin
Calme et limpide.
Et quand elle revint, son assiette était vide.
Ce conte-ci comporte une claire leçon :
Que vous soyez à Brest, que vous soyez à Nice,
N’appelez pas le chat pour garder la saucisse
Et pour garder le saucisson.

Pierre Gamarra  (1919 - 2009)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×