Attitudes face au bégaiement

Evitez tout demande d'effort de parole.

Ne dites jamais : "Arrête de bégayer comme ça !" ou "Redis-moi ça sans begayer s'il-te-plait !"

Pas d'appel à la volonté ni à de "gentilles" moqueries.

Le bégaiement s'aggrave et se fixe à l'occasion  des efforts que l'enfant fait pour éviter les bégayages ou pour passer en force, en dépit d'eux.

 

Evitez l'attitude de conseil

Ne dites pas : "Parle moins vite ! Calme-toi ! Respire ! Prends ton temps ! Pense à ta phrase !"

En lui demandant de s'occuper de sa parole au moment de s'en servir, on l'empêche d'accéder à une communication naturelle.

 

Evitez l'attitude de fausse indifférence

N'ignorez pas le bégaiement et ne faites pas comme s'il n'existait pas.

Cela oriente l'enfant vers une parole oublieuse de l'interlocuteur.

 

Il faut se conduire comme un interlocuteur actif à l'écoute de ce que l'enfant veut dire.

Proposez-lui un mot pour le mot qui accroche ou une fin pour sa phrase.

Posez-lui des questions sur ce que vous pensez qu'il veut dire et proposez-lui des réponses possibles sans délai.

N'hésitez pas à parler avec lui de son bégaiement.

 

Avec tact, obtenez en somme, que l'enfant vous accepte comme partenaire d'un échange de parole,

et qu'il cesse d'affronter ses bégayages par des efforts qui ne font que renforcer son bégaiement.

 

source : brochure "Prévention du bégaiement du jeune enfant" éditée par l'Association Parole et Bégaiement

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site